Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 17:43

Dans les mois qui précédèrent l'effacement de la dette de la République du Congo par le Club de Paris, le montant de la dette contentieuse, à régler et effectivement payée par Brazzaville, a été à "géométrie variable". C'est à dire qu'elle a été multipliée par 7, puis divisée par 2 pour être finalement payée 3 fois son montant initial,  sous les applaudissements et les félicitations du Fonds Monétaire International, satisfait de ce tour assez unique de prestidigitation. Tout cela sur le dos des contribuables des pays membres du Club de Paris, faut-il le rappeler ?

 

En résumé, cette dette contentieuse a fluctué ainsi :

 

350 millions de dollars relevés par KPMG sur infos Cleary Gottlieb Hamilton & Stein (sans décote)

360 millions de dollars par IDA / IMF Rapport 28 août 2007 (sans décote -"discount")

+/-800 millions de dollars IMF Country Report N° 09/217 July 2009 (après décote 65%)

+/- 2,4 milliards de dollars (sans décote) Estimation suivant IMF Country Report N°09/217 July 2009

939 millions de dollars (après décote 37%) HIPC Completion Point Document et MDRI 06 janvier 2010 (après décote)

1, 490 milliard de dollars(sans décote) Estimation suivant HIPC Completion Point Document et MDRI 06 janvier 2010

 

Cette valse hésitation de centaines de millions de dollars et de MILLIARDS DE DOLLARS - comme s'il s'agissait de "Reichsmark" cette monnaie de l'Allemagne de 1928 à 1946 qui ne valait pas le prix du papier sur lequel elle était imprimée - nous donne le vertige !

 

Comment peut-on passer de 350 millions à 2,4 milliards de dollars ? La prestidigitation, l'illusion ? Le Personnel du Fonds Monétaire International en charge du Congo aurait-il absorbé, à son insu, des substances hallucinogènes ? Les réunions se seraient-elles déroulées dans un Coffee Shop à Amsterdam ? Non ! C'est simplement le fait que le FMI prend en compte, sans discuter, les chiffres et les affirmations de la République du Congo. Mais ce qui est tout de même inacceptable c'est qu'il a été prévenu, officiellement et avant l'attribution du Point d'Achèvement, de l'énormité de la fraude réalisée par les autorités congolaises et conçue par une intelligence criminelle !

 

Je me plais à répéter qu'au temps de la prohibition aux Etats-Unis, Al Capone ne serait jamais allé en prison s'il avait été contrôlé par le FMI. Il aurait terminé ses jours impuni et subventionné par les contribuables américains !

 

L'expression fameuse, "passer par les fourches caudines du FMI", si elle a prévalue pour l'Argentine, l'Algérie et vaudra pour la Grèce et l'Irlande, a été une vaste fumisterie pour la République du Congo. Le traitement particulier qu'a obtenu le Congo de Monsieur Sassou NGuesso a été fêté dignement en faisant couler à flots le champagne Crystal en cascade sur des montagnes de flutes, en cristal aussi, de Lalique... Les fourches caudines qui firent pleurer les Argentins font encore hurler de rire les Congolais et leur président ! 

 

939 millions de dollars a été le chiffre finalement retenu par le FMI

 

La décote (discount) enregistrée est finalement de 37% alors qu'elle était déclarée d'abord à 65% et relevée à 79% dans le "HIPC Completion Point Document et MDRI 06 janvier 2010. Un aide-comptable stagiaire ne s'embrouillerait pas de la sorte dans les chiffres...

 

Les explications et les détails suivent. Tout cela est absolument scandaleux !!!! Voire criminel !

 

(Extrait de la lettre adressée à Monsieur Ramon Fernandez, Président du Club de Paris, le 05 octobre 2010)

 

 

LE REGLEMENT DE LA « DETTE CONTENTIEUSE »

 

 

Dans la lettre adressée à Monsieur Dominique Strauss-Kahn, Directeur Général du Fonds Monétaire International (FMI) le 10 novembre dernier et dont vous avez reçu copie, nous signalions avec mon Avocat, une énormité inacceptable d’un rapport selon lequel  les « Fonds Vautours » auraient perçu « +/- » 800 millions de dollars après une décote de 65%. Le montant initialement dû à ces créanciers auraient été alors de 2,4 milliards de dollars.

 

 Sur votre site internet (http://www.clubdeparis.org/sections/themes-strategiques/2009-8217-action-du-club/switchLanguage/fr ) , nous pouvons encore lire ce-jour :

 

"L'action du Club de Paris contre les créanciers procéduriers

Le montant total des plaintes des créanciers procéduriers (dans 54 procédures distinctes contre 12 PPTEs)(ndlr : 12 pays PPTE) s’élève à environ 1,5 milliard de dollars, dont 1,2 milliard de dollars ont déjà été reconnus par les tribunaux à fin 2007. Il est probable que ce montant augmente, un certain nombre de pays éligibles à l’initiative PPTE n’ayant pas encore atteint le point d’achèvement disposant de stocks de dettes commerciales importants –en particulier, le Liberia, la Côte d’Ivoire, la République Centrafricaine et le Soudan."

 

Ce document n’est pas daté mais doit se situer vraisemblablement, du fait de son contenu, fin  2008-début 2009. Cependant, le montant que vous citez est parfaitement identifié à la fin 2007.

 

 Question : Comment le Club de Paris a-t-il pu accepter pareille affirmation mensongère, contenue dans le Rapport du FMI, alors qu’il avait identifié l’ensemble des demandes des créanciers procéduriers, contre 12 PPTEs (Ndlr : 12 pays PPTE), pour un montant presque deux fois moindre ???

 

Le FMI ne s’est pas laissé convaincre par les affirmations de mon Avocat. De sa tour d’ivoire, dont il finira bien un jour prochain par descendre, le FMI nous a froidement affirmé qu’il avait été tenu compte de ces « inconsistances et improbabilités » (voir message du 20 septembre dernier).

 

Finalement, le point d’achèvement a été atteint par la République du Congo. L’élément sur lequel nous avions voulu attirer l’attention des dirigeants du FMI a finalement été accepté définitivement comme suit : (HIPC Completion Point Document et MDRI du 06 Janvier 2010)

 

75. Congo settled a long-standing dispute at the end of 2008 with litigating creditors

holding claims validated by the courts, through payments (including legal fees and

court-imposed penalties) totaling US$ 939 million (about 9 percent of GDP). 12 At this

point, there are three outstanding litigating creditors with claims calculated by the authorities

totaling US$ 393 million. The settlement at end-2008 was on terms significantly less

favorable than those of HIPC, with a discount factor calculated at 37 percent down from an

estimated 79 percent reported incorrectly by the authorities earlier. The lower discount factor

was attributed to the inclusion of some debts covered by the London Club agreement as part

of claims held by litigating creditors. After correcting the error, the outstanding debt was

revised downward, but the total settlement to those creditors remained the same. The error on

the discount factor and reconciled data was reported immediately to the staffs and the Paris

Club, and the authorities have identified a number of actions to prevent such mistakes in

future. These actions include restructuring of the debt unit by separating tasks for

entry/recoding and verification of data, training in risk management to improve the security

and control of the data, conducting regular audits of information/data to ensure accuracy, and

creating a legal affairs unit.

 

 

Cet extrait est une compilation de faux grossiers  ! Et d’affirmations gratuites comme celle de l’inclusion d’un règlement de certaines dettes du Club de Londres !  (1)

 

Ce qui me permet de le soutenir, c’est le Rapport d’Audit de KPMG (en pièce jointe et encore à cette adresse :                    http://www.mefb-cg.org/petroles/pdf/Auditsomaire_SNPC2002_2005.pdf )  page 33.

 

En voici un extrait :

 

 

1.B.2. Les enjeux liés aux procédures judiciaires

 

􀂾 Les procédures judiciaires à l’encontre du Congo et de la SNPC

 

Plusieurs créanciers privés ont obtenu des jugements à l’encontre de la République du Congo, et de

la SNPC en tant qu'émanation de l'Etat Congolais, aux Etats-Unis, en France et en Angleterre :

 

􀀹 A titre d’exemple, et selon une note des avocats de la SNPC, les créanciers ont initié des

procédures aux Etats-Unis visant à la reconnaissance de jugements étrangers contre la

République du Congo, pour un montant global d’environ 350 M US$ au 31/10/2006. Les

principaux créanciers sont :

 

􀂃 Kensington International Ltd : créance d’environ 100 M US$ (plus intérêts post jugement,

fondés sur les obligations de paiement relatives à un prêt initial de 13.5 M US$ datant de

1984),

 

􀂃 Walker International Hold & AF-Cap Inc. : environ 75 M US$, fondés sur un prêt initial de

6.5 M US$ de 1984 et sur une créance datant de 1988 pour la construction d’une ligne

électrique,

 

􀂃 FG Hemisphere Associates: environ 150 M US$, qui correspondent à un prêt d’origine de

36 M US$ datant de 1982.

 

(Les autres créanciers réglés compris dans ce montant, sont : AIG représenté par D. J., pour une créance Itochu, et Gulf Resources représentés par Stuart Newberger de Cromwell & Moring. Ces derniers ont obtenu 6 milliards de dollars contre la Lybie pour les 7 passagers américains disparus le 19 septembre 1989 dans l’attentat du DC10 d’UTA).

 

Les Avocats de la SNPC, Cleary Gottlieb, Steen et Hamilton sont les mieux placés pour arrêter le montant dû effectivement : 350 MILLIONS DE DOLLARS, rapportés  indiscutablement par KPMG.

 

Ce montant est sans appel et dément catégoriquement les affirmations confuses, fausses et  mensongères du personnel du Fonds Monétaire International !

 

La différence entre ce montant (ou presque puisque certains comme Hemisphere et Walker auraient touché moins et d’autres plus) et celui pris en compte définitivement par le FMI aurait été détournée par le pouvoir congolais. Un peu plus de 500 millions de dollars avec la bénédiction des Institutions Internationales ! POURQUOI ?

 

La clause de confidentialité ne résistera pas longtemps aux enquêtes judiciaires. Le contribuable américain, par exemple, et par les temps qui courent, n’aime pas tellement être abusé par des financiers et des banquiers…

 

Egalement, des intermédiaires français, dans le milieu pétrolier,  ont été utilisés pour blanchir certaines commissions…. Elément fâcheux,  qui apportera une dimension délicate lorsque leurs noms apparaitront.

 

Ces seuls faits suffiraient à déclencher une enquête dans chacun des pays qui ont été amenés à effacer leurs créances sur la République du Congo. D’autres faits, tout autant avérés, suivent, certains plus importants et encore plus révoltants.................. (Fin de l'extrait de la lettre Club de Paris)

 

 

(1) Une affirmation fausse vient au secours d’une précédente affirmation fausse. Quelles dettes appartenant au Club de Londres auraient été payées ? Avec quelle décote ? Les presque 600 millions de dollars qui auraient été déboursés par le Congo auraient alors servi au paiement total des Créanciers du Club de Londres.

Relativement peu de temps avant que le Congo n’atteigne le Point d’Achèvement, le ministre des finances, Monsieur Pacifique Issoïbeka, déclara face aux sénateurs et en direct à la Télévision congolaise que « 60 % des marchés de l’Etat étaient bidon ! »  (http://mampouya.over-blog.com/article-28243118.html).

 

Cette déclaration fit beaucoup de bruit à Brazzaville. Cela n’empêcha pas Madame Antoinette SAYEH du FMI de se féliciter des progrès accomplis par la République du Congo en matière de gouvernance (pièce jointe) et de conclure ainsi sa réponse à la lettre qui avait été envoyée à Monsieur Strauss Kahn :

 

  Blog extrait réponse Mme Sayeh0001

 

NB La Cotrade Asia Ltd venait à peine d'être fermée (12 nov 2009), il y avait de quoi se féliciter... ! La Cotrade Asia Ltd sera l'objet du prochain post.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by berrebiserge
commenter cet article

commentaires