Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 16:46

Dance with bears congo tiger

 

Par John Helmer, Moscou

http://johnhelmer.net/?p=8511 

La Russie emploie un représentant spécial pour l'Afrique, Mikhaïl Marguelov (vitre arrière), dont la déclaration la plus connue de la politique qu'il représente est: «La Russie est revenue à l'Afrique, et l'Afrique à la Russie." Margelov n’a pas répondu aux questions  sur ce que cela voulait dire. Il n'était guère plus explicite quand il était le négociateur russe pour la sortie de Mouammar Kadhafi de la Libye - "le sujet le plus délicat" l'appelait-il  en Juin 2011. Quatre mois plus tard, Kadhafi a été tué en tentant de s'échapper.

La Libye a été le pays le plus endetté de l'Afrique pour l’argent qu’il devait à la Russie ; en 2008, Vladimir Poutine, alors Premier ministre, (centre de la fenêtre, à droite) a annoncé que la Russie avait effacé  4,5 milliards de dollars, l'ensemble de la dette acceptée par les deux parties, à la condition que les Libyens s’engagent  à compenser l’effacement par des contrats pour acheter des armes, des voies ferrées, des centrales électriques et accepte des co-entreprises de production de gaz pour  environ le double de ce montant.

À ce moment-là, et toujours encore, le plus grand débiteur de la Russie qui restait en Afrique était la République du Congo-Brazzaville. En 2010, le Club de Paris, représentant les Etats créanciers dont la Russie, avait  annoncé qu'il soulageait les dettes du Congo pour un total de 2,4 milliards de dollars, promettant un "allégement supplémentaire de la dette à 100% sur une base bilatérale". Dans les petits caractères de la publication du Club de Paris, il confirmait la participation de la Russie dans l'accord, mais laissait imprécis combien de dettes du Congo seraient annulées, à quand elles seraient reportées et combien seraient échangées contre des actifs et des billets à ordre.

C'est une capture  équivalente  à un secret d'Etat russe. Margelov ne divulguera pas combien Brazzaville  doit actuellement à Moscou. Le ministère russe des Finances, qui est responsable des négociations au Club de Paris, annulations et modalités de remboursement, refuse aussi d'être précis. Il concède seulement qu'il n'y a pas eu de radiation des créances russes ou allègement pour le Congo, et que "le travail se poursuit sur ​​un accord bilatéral sur le règlement de la dette de la République du Congo à l’égard de la Russie."

Des sources françaises estiment que, à la fin de l'Union soviétique en 1990, le Congo-Brazzaville devait  à Moscou au moins 250 millions de dollars principalement pour des livraisons d'armes. Au cours de l'intervalle des vingt-deux années depuis lors, avec les intérêts composés, il est probable que l'obligation congolaise ait augmenté de $ 500 millions à $ 600 millions. Selon certaines affirmations la dette serait deux fois cette taille.

Il y a eu quelques intérêts commerciaux russes ou des investissements au Congo, mais il n'y a rien eu comme actif ou un montant de marché valable pour que le Kremlin conviennent d'échanger allégement de la dette, comme il l'a fait avec la Libye. En mai 2010, Severstal, le sidérurgiste détenue par Alexei Mordachov, a acheté une participation de 16,5% dans Core Mining, une société britannique des Iles Vierges, qui explorait le gisement de minerais de fer du gisement de Avima au bout du nord-ouest  Congo. Avima détiendrait  690 millions de tonnes de réserves avec une  minéralisation au-delà de 58% de fer. Dans sa réunion de mai 2010 de déclaration d'achat d'actions, Core Mines annonça que Severstal dépensera 55 millions de dollars pour sa participation et pour financer l'exploration sur deux ans jusqu'en 2012.

Ce mois-ci, Core a annoncé qu'elle a reçu un permis d'exploitation complet pour Avima, mais la production n'est pas attendue avant 2016. La participation de Severstal dans le projet Avima est éclipsée par Glencore qui a acheté les droits de commercialisation de tout le minerais de fer qui sera produit.

 Dance-with-bears-congo_map.jpg

 

La plus importante partie de la participation de la Russie au Congo a été celle du négociant en pétrole  Gunvor, détenue par Gennady Timchenko (pare-brise). Toutefois, la valeur des transactions  de pétrole brut de Gunvor avec Brazzaville a attiré une enquête sur la corruption et le blanchiment d'argent par les procureurs suisses. En 2009, selon des informations parues dans Le Temps de Genève, Timchenko et son partenaire-actionnaire dans Gunvor, Torbjorn Tornqvist, ont rencontré le président congolais Denis Sassou Nguesso (centre de la fenêtre, à gauche). Les négoces de Gunvor qui font l’objet d'une enquête suivie se situent entre 2010 et début 2012. Ils s'élèvent à 18 cargaisons de 920.000 barils de pétrole brut, d'une valeur de 115 M $ chacun, soit 2,1 milliards de dollars au total. Selon la déclaration suisse, le pétrole  a été vendu avec une réduction destinée à générer une commission de 72 millions de dollars. Gunvor a répondu à la plainte par la déclaration des transactions : «Gunvor lui-même n'est pas l'objet de l'enquête en cours. Gunvor coopère pleinement avec les autorités suisses sur l'enquête, et Gunvor mène également une enquête interne approfondie sur ces allégations. "

Le 4 Mars 2012, un incendie et une série d'explosions ont détruit des dépôt d’armes et de munitions dans le centre de Brazzaville, tuant environ 300 personnes, en blessant beaucoup d'autres, détruisant les maisons de milliers de personnes, et en éliminant une grande partie du stock de l'armée congolaise de véhicules blindés et de munitions. Le gouvernement congolais a proposé de dépenser environ 680 millions d'euros pour la reconstruction et l’aide sociale. Le président Dmitri Medvedev a envoyé ses condoléances.

Huit mois plus tard, Sassou Nguesso est arrivé au Kremlin pour demander de l'aide. Il y a eu une brève annonce le jour de sa rencontre avec Vladimir Poutine. Elle a été suivie par un communiqué du ministère fédéral de l'Énergie, annonçant qu'elle avait signé un protocole d'accord avec le ministère congolais de l'Aménagement du territoire et des Grands Travaux  pour un oléoduc à construire à partir de Pointe-Noire, sur la côte atlantique, via Brazzaville, à Oyo, dans le centre du pays. La distance à couvrir est d'environ 900 kilomètres. Les communiqués  affirmaient que Stroitransgaz (STG) est "prêt à mettre en œuvre la conception, la construction et la mise en service de ce grand projet d'infrastructure au Congo." Timchenko est l'actionnaire majoritaire de STG.

Depuis Novembre un porte-parole de STG dit que rien ne s'est passé. L'ambassade du Congo à Moscou affirme qu'il ne peut ajouter aucun détail. Que la prochaine session de la Commission gouvernementale russo-congolaise avancera le projet au-delà de la simple planche à dessin n'est pas connue, pas plus que la date à laquelle la Commission est susceptible de se réunir plus tard cette année.

Plus prometteur, cependant, est la relance de la vieille relation d'armes avec  Brazzaville. Avant la visite de M. Sassou Nguesso, une délégation de la police congolaise et de dirigeants  du ministère de l'Intérieur  a visité la société militaro-industriel (VPK) à Arzamas, Nijni-Novgorod. Un communiqué de VPK a indiqué qu'ils tenaient beaucoup au BTR-80 un véhicule blindé de transport de troupes, àl'Ours SPM-3, une arme lourde montée sur véhicule de police, et au Tigre, un autre type de Jeep blindée pour la police (voir image). Sergei Souvorov, un porte-parole de VPK, confirme qu'au moins deux lots de Tigres ont été conclus par la police congolaise et le ministère de l'intérieur, mais il refuse de déclarer la valeur du contrat. VPK est détenu par Oleg Deripaska au travers de la holding Basic Element.

De sources françaises et central-africaines, proches des développements à Brazzaville, affirment que la reprise des livraisons d'armes sont une priorité pour Sassou Nguesso afin de à gérer la croissance des troubles civils depuis la catastrophe du 4 Mars 2012, d'autant plus que le Président de la France, François Hollande, s'est montré réticent à avaliser Sassou Nguesso personnellement, ou à renforcer sa position au niveau national. Étaient-ce des raisons pour Sassou Nguesso de se venger et d'offrir de nouveaux contrats à des compagnies pétrolières russes comme Rosneft, Gazpromneft, et Gunvor, de préférence à Total France, le Kremlin a au moins un demi-milliard de dollars de dette publique pour sucrer le pot.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by berrebiserge
commenter cet article

commentaires

Katanga 09/06/2014 10:21

Série noire...

Ces opérations mises en places en 2009, à ce jour de juin 2014, où l'Ukraine est menacée...., on a lu que la France et ses alliés ait menacé la Russie de sanctions quant à la livraison de gaz... On
pensait que c'était le contraire, que l'Europe était livrée par la Russie ?????
Ne croies-tu pas, après coup, que les transferts de contrats comme ceux auxquels on a assisté en 2008-2009 masquaient surtout une adaptation des grandes compagnies à la réforme des états ?
n'était-ce pas simplement de l'optimisation fiscale ? A ton avis que va t-il se passer à présent dans le concert des pays les plus puissants de la planète, tous réunis à la commémoration du
débarquement ?
As-tu vu les sanctions prises contre les riches russes et les banques par les états-unis et leurs alliés européens ?
Nous peuples tout ce que nous demandons, c'est la paix. A cause de l'avidité de certains, la guerre mondiale menace fort actuellement. Pour eux ce ne sont que des bouts de papiers signés parfois
sur un coin de table dans le secret, répartitions de commissions occultes, etc...que les populations vont payées de leur sang. Il faut que ça cesse ! je ne vois pas où est l'avancée de ce nouvel
ordre mondial de merde où des experts et des écrivains font couler des milliards de pixels et d'encre pour nous expliquer des mirages pendant qu'eux ont décidé de se partager encore une fois la
richesse mondiale des futurs marchés et contrats. Et en plus ils jouent au petits soldats de plomb avec les populations, se paient des scribouillards et des Héros qui lancent des propagandes sur la
scène publique, comme on joue au théâtre !
Nous sommes complètement possédés là !