Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 16:52

Mon expérience au Congo doit servir de leçon....

 

Une campagne intense est menée actuellement pour faire venir, à Brazzaville, investisseurs et entrepreneurs étrangers.

 

Les mêmes, il y a encore un an, qui avaient transformé un naturellement riche Etat d’Afrique Centrale en un Etat mendiant et en ruines, après de cruelles guerres civiles qu’ils avaient déclenchées (http://sergeberrebi.over-blog.com/article-chapitre-vi-la-fumisterie-du-declenchement-de-la-guerre-du-5-juin-1997-58408551.html), nous vantent, aujourd'hui, la richesse et la première croissance d’Afrique afin d’attirer de nouveaux partenaires.

 

Il n’y a pas le moindre doute à cela : les mêmes personnes qui m’ont spolié il y a une vingtaine d’années sont encore au pouvoir et l’Etat, qu’ils dirigent, est encore plus saigné qu’avant et plus qu’aucun autre Etat Africain pourrait l’être aujourd’hui.

 

La corruption, les malversations financières, les prises d’intérêts oligarchiques  ont fait descendre les Tunisiens et les Egyptiens dans la rue et ils ont eu finalement raison du pouvoir totalitaire qui leur était imposé. S’agissant de la République du Congo et de ses dérives financières la situation y est, sans comparaison possible, pire, bien pire qu'elle pouvait être en Tunisie et en Egypte du fait des abus qui ont été commis par Ben Ali et Moubarak.

 

L'argent qui a été détourné par le clan Ben Ali était en grande partie en Tunisie. Les caisses du Trésor Public et de la CCA à Brazzaville, dit-on, sont vides. Bien malin qui pourrait dire où se trouvent les milliards de dollars du pactole pétrolier congolais ? Pas dans les assiettes des Congolais, ni dans leurs hôpitaux, ni dans leurs écoles ! 

 

L’accès au programme PPTE et l’effacement de la dette du Congo Brazzaville n’a contribué en rien à l’abaissement de la pauvreté des malheureuses populations congolaises. Bien au contraire, les détournements ont été amplifiés et cela n'est pas un hasard si Denis Christel Sassou NGuesso a pris la tête de la commercialisation à la SNPC.

 

Le sort cruel qu’ont connu mes activités au Congo, ma spoliation dictatoriale, les difficultés que je rencontre à faire valoir mes décisions définitives de justice m’obligent à avertir les potentiels candidats à ce piège grossier dans lequel je suis malheureusement tombé.

 

C’est la raison pour laquelle j’ai alerté les agences de notations comme FICH Ratings (lire ci-dessous) en espérant qu’elles ne suivront pas le FMI dans les louanges adressés au Congo lorsque le Point d’Achèvement lui a été accordé. Les notations de FICH Ratings sont retenues essentiellement par des investisseurs privés, contrairement au FMI, dans le programme PPTE, qui intervenait principalement pour des créanciers publics...

 

La pire des notes c’est bien ce que mérite cette économie dont Monsieur Pacifique Issoïbeka, il y a peu, lorsqu’il était ministre des finances, disait que 60% des marchés de l’Etat étaient « bidon » !

                                                                                       

Et je crie haut et fort aux futurs investisseurs et entrepreneurs qui pourraient être tentés par cet Etat gangréné par la corruption et les prévarications : « N’y allez pas ! Ne faites surtout pas confiance à ces pseudos « responsables ! Le Congo Brazzaville est le pire Etat où investir (juste avant la Somalie bien entendu) ! »

 

 LETTRE ADRESSEE A FITCH RATINGS 

 

 

Objet :  Notation République du Congo Brazzaville

 

Monsieur,

 

Durant des années et jusqu’il y a quelques mois, une propagande effrénée s’épanchait sur le niveau d’endettement insupportable de la République du Congo (Brazzaville) afin qu’elle puisse accéder au programme PPTE (Pays Pauvre Très Endetté). Des lobbys puissants et des conflits d’intérêts criminels lui ont permis, sur la base de faux incroyables dans les Rapports du FMI, l’effacement de sa dette par le Club de Paris (voir récents articles sur mon blog : http://sergeberrebi.over-blog.com/articles-blog.html  , dépêche AFP ci-dessous et lettre adressée à Monsieur Ramon Fernandez, Président du Club de Paris le 05 octobre 2010.)

 

Aujourd’hui, ces mêmes relais s’emploient à nous vendre la première croissance du continent africain (+ de 10%), ses richesses, ses potentialités et l’intérêt pour les entrepreneurs et les financiers d’y investir. Après avoir grugé les contribuables des pays membres du Club de Paris, l’effacement de la dette congolaise s’étant appliqué sur leur dos, il s’agit maintenant de faire des appels de fonds aux investisseurs privés…

 

Il y a plus d’une vingtaine d’années, j’ai cru bon travailler et entreprendre dans ce pays aux potentiels énormes. Au début tout était parfait. Mais petit à petit les pressions criminelles se sont faites sentir jusqu’à ma spoliation en août 1989. Il m’a fallu une dizaine d’années pour obtenir des décisions définitives (Cour d’Appel d’Aix en Provence 08 novembre 2000) que depuis une autre dizaine d’années je suis dans l’impossibilité de faire appliquer.

 

De grandes compagnies pétrolières TOTAL, ENI, MURPHY, exploitent un pétrole dont on ne connait ni les quantités produites, ni les destinations dans la commercialisation, ni les domiciliations bancaires. Cette oligarchie népotique et bananière, qui est très sûrement à la recherche d’une bonne notation, n’a pas un compte bancaire « officiel » ouvert à l’extérieur dans lequel seraient crédités 100 euros ! L’insolvabilité est totale. Les caisses du Trésor Public, au Congo, seraient vides également. Tout, avant la bénédiction du FMI pour l’effacement de la dette ou après, s’opère dans l’opacité la plus absolue. L’or noir, d’après mes estimations 450.000 barils/jour, est entre les mains de quelques personnes dont le fils du président de ce pays. Il contribue à l’enrichissement d’un clan familial mais, en aucun cas, ne réduira la pauvreté de la population.

 

Comme moi-même, les éventuels investisseurs qui se laisseraient prendre à ce chant des sirènes ne parviendront jamais à récupérer leurs avoirs, leurs biens et faire valoir leurs droits et décisions de justice. Peu et mal connus, la réalité de la criminalité de la République du Congo et le très haut niveau de sa corruption sont masqués par des réseaux et un lobbyisme  intensif dénoncés il n’y a pas si longtemps par le Washington Post (http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/08/25/AR2010082505238.html).

 

 

J’espère que ces éléments seront utiles à vos notations et je reste à votre entière disposition pour en communiquer d’autres.

 

Vous en souhaitant bonne réception.

 

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations les plus cordiales.

 

Serge Berrebi

Cannes

Mob : 06 77 18 60 38

 

NB. 1) Je tente d’alerter également Monsieur Marc Ladreit de Lacharrière, Président de Fimalac, groupe auquel Fich Ratings appartient. J’étais un de ses élèves, en 1967-1968, au Lycée d’Arsonval à Saint Maur des Fossés.

       2) L’éditorialiste qui signe “Les Dépêches de Brazzaville” (pièces jointes “Code de conduite” et “Confiance”) selon toute vraisemblance serait Monsieur Jean Paul Pigasse.....

        3) Selon toute vraisemblance aussi, la dépêche AFP du 08 février, ci-dessous, comporterait une fausse information majeure : “Les créanciers du Club de Paris ont annulé, depuis l'accès du Congo au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) en janvier 2010, la totalité de sa dette à leur égard soit 5 milliards d'euros, a affirmé l'ambassadeur de France au Congo mardi.”  La Russie aurait refusé de rejoindre le groupe des “Dindons” ! Ce que je puis encore vous assurer d’autant plus qu’il n’y a pas encore eu encore de communiqué officiel de la part de la Russie à ce sujet....!

 

 

Le club de Paris a annulé 5 milliards d'euros de dette

BRAZZAVILLE, 8 fév 2011 (AFP) - Les créanciers du Club de Paris ont annulé, depuis l'accès du Congo au point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) en janvier 2010, la totalité de sa dette à leur égard soit 5 milliards d'euros, a affirmé l'ambassadeur de France au Congo mardi.

A ce jour "la dette annulée de 5 milliards d'euros représente la totalité de la dette du Congo à vis-à-vis des créanciers du Club de Paris", a déclaré l'ambassadeur de France au Congo, Jean-François Valette lors d'une conférence de presse.

"Quelque 2,6 milliards d'euros de cette dette" ont été effacés par la France, le premier partenaire économique et financier du Congo, a ajouté M. Valette.

Selon le diplomate la dette effacée par le Club de Paris représente "une partie importante de toute la dette du Congo".

En 2004 la Banque mondiale estimait à 9 milliards de dollars la dette du Congo, un pays de 3.6 millions d'habitants, qui en faisait l'un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant.

"Le reste de la dette a suscité des négociations avec les créanciers non membres du Club de Paris", a précisé Jean-François Valette.

Les créanciers membres du Club de Paris (19 des pays les plus industrialisés) avaient décidé d'annuler la totalité de la dette du Congo en mars 2010.

Les autorités congolaises ont toujours assuré que les sommes épargnées serviront prioritairement à accompagner les efforts en matière de modernisation et d'industrialisation, et à la lutte contre la pauvreté dans le cadre de la  mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by berrebiserge
commenter cet article

commentaires