Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 09:20

 

Le Congo épargné de la suspension des compétitions de la CAF et de la Fifa

L’information a été donnée officiellement, le 19 janvier 2012, par le ministre des Sports, Léon Alfred Opimbat. Alors que le comité d’urgence de la Fifa devait se prononcer le 17 janvier à Zurich en Suisse pour trancher le contentieux entre la Fécofoot et les ex-entraîneurs des Diables rouges, l'équipe nationale du Congo, c’est le 18 janvier que le président de la République, Denis Sassou NGuesso, a pris la décision instruisant le gouvernement de payer les 400.000.000 FCFA dus à ces derniers. Ceux-ci avaient eu à poursuivre en justice la Fédération congolaise de football (Fécofoot) devant le tribunal arbitral des sports. « Nous devons donc nous réjouir et exprimer, encore une fois, au chef de l’État, notre profonde gratitude pour le paiement sur sa décision de cette somme. Nous serons, de ce fait, épargnés de la suspension des compétitions de la Confédération africaine de football et de la Fédération internationale de la discipline », s’était réjoui le ministre. (d'après les Dépêches de Brazzaville du 20 janvier 2012)

 

LA FIFA "créancier procédurier" ?

La FIFA avait pris la défense légitime des Entraineurs de l'équipe nationale congolaise de football qui, comme d'autres, souffraient de la mauvaise foi du pouvoir de Brazzaville. Les créances étaient originelles et anciennes. Les recours devant différents tribunaux avaient fait de la FIFA et de ses entraineurs "des créanciers procéduriers". Ils devaient alors se plier, avec la République du Congo, aux règles édictées par le CLUB DE PARIS lors du "on ne peut plus" généreux effacement de la dette congolaise :

  

(extrait de l'accord du 18 mars2010)
En conséquence, la République du Congo s’engage à
n’accorder à aucune des catégories de créanciers
extérieurs –et en particulier les créanciers procéduriers,
les pays créanciers ne participant pas au Procès-Verbal
agréé du 18 mars 2010, les banques commerciales, les
fournisseurs et les porteurs d'obligations- un traitement
plus favorable que celui accordé aux pays créanciers
participants

 

Pour être bien sûr que le CLUB DE PARIS veillerait à ce que la République du Congo respecte ses engagements, Maître Thibault de Montbrial l'avait alerté dès le 13 janvier par différents moyens, emails et courrier recommandé. Copies en avaient été adressées à différents membres du personnel du FMI. 

 

 

mombrial-club-paris

 

Il faut remarquer que l'ultimatum avait été fixé au 16 janvier 2012. La FIFA devait se prononcer le 17 janvier à Zurich pour l'exclusion du Congo. Ce n'est que le 18 janvier 2012 que finalement "le président de la République a pris la décision instruisant le gouvernement de payer les 400.000.000 FCFA dus à ces derniers". Le Congo avait finalement payé sans pour cela se soumettre à l'ultimatum.... Enfin presque !

 

Depuis le 13 janvier 2012, le CLUB DE PARIS, dûment alerté, avait tout le temps nécessaire pour rappeler à l'ordre la République du Congo et pour empêcher que les accords signés, lors de l'effacement de la dette congolaise, soient bafoués.

 

Tant pour le règlement des "Fonds Vautour" que pour celui de la FIFA, la "comparabilité de traitement" n'a été qu'une vaste mascarade autour de l'effacement indu de la dette congolaise...!


Partager cet article

Repost 0
Published by berrebiserge
commenter cet article

commentaires